Ils l'ont fait !
//24 septembre 2009

Facebook déverse son contenu sur Twitter

Sources : Michael Gummelt, auteur de cette nouvelle fonctionnalité , Les Echos  et La Tribune

 Depuis le 22 août dernier, les détenteurs d’une page publique sur Facebook (célébrités, politiciens, chanteurs, entreprises, médias…) ont à leur disposition une nouvelle fonctionnalité leur permettant de mettre à jour, depuis leur page facebook, leur interface Twitter. Exit donc les doubles saisies … les utilisateurs peuvent désormais publier automatiquement le contenu issu de Facebook sur Twitter

Comme le détaille Les Echos « ce nouvel outil [ ] pourrait s’apparenter à un rapprochement entre les deux services… ou pas. Car l’internaute qui reste et gère depuis Facebook son compte Twitter, c’est évidemment du trafic en moins pour le service de micro-blogging. De plus, Facebook n’intégrant pas toutes les spécificités de Twitter, notamment la longueur limitée des messages à 140 caractères, certaines mises à jours trop longues seront coupées, tronquées et suivies d’un lien raccourci « bit.lu », pour lire l’intégralité du message postée directement sur une page Facebook. ». Or, la plupart des utilisateurs de Twitter utilisent les liens pour proposer un contenu à valeur ajoutée, et non pas pour voir la version intégrale d’un message ».

L’offensive de Facebook contre Twitter s’intensifie avec cette nouvelle fonctionnalité. Elle s’était déjà illustrée au début du mois d’août lorsque Facebook avait annoncé avoir mis la main sur FriendFeed et son équipe, d’anciens poids-lourds de chez Google. Ces derniers devaient rejoindre l’équipe Facebook et faire profiter aux utilisateurs du site des innovations qu’ils ont développées pour FriendFeed.

C’est donc une revanche pour Facebook qui avait, en vain, tenté de racheter Twitter en 2008. Sa nouvelle conquête FriendFeed née en 2007 est spécialisée dans le domaine de la socialisation sur internet et permet, au même titre que Twitter, de publier un message de 140 caractères et de partager ses activités en temps réel.

Ce rachat permettra, par ailleurs, à Facebook de lancer prochainement une fonction de recherche performante (déjà développée par Friendfeed) pour concurrencer Twitter Search, baptisé le Google de l’instantané.

//21 septembre 2009

Publicis : plus fort dans le numérique avec le rachat de Razorfish, l’agence de communication internet de Microsoft

C’est officiel depuis le 9 août dernier et les négociations n’auront duré que quelques semaines. Le groupe Publicis a été choisi, parmi les grands groupes de communication mondiaux (Omnicom , Interpublic, WPP, Dentsu),.par le Groupe Microsolft, pour racheter son agence internet Razorfish. Cette opération renforce Publicis dans les métiers du numérique. En effet Razorfish créée en 1995, qui est présente dans huit pays, est spécialisée dans le développement sur Internet (création et mise en ligne), la communication (campagnes publicitaires sur Internet) et le marketing des réseaux sociaux pour des clients comme Ford, McDonald’s etc… en plus de Microsoft

Selon Maurice Lévy, président du directoire du groupe français, Publicis devrait, à terme, réaliser ¼ de son chiffre d’affaires dans le numérique.

Autre point important de ce rachat : la participation de Microsoft dans le capital de Publicis à hauteur de 3%. Cette prise de participation place Microsoft comme l’un des principaux actionnaires de Publicis. Elle devrait, par ailleurs, permettre au groupe français d’obtenir des prix intéressants pour ses clients lors de l’achat de publicités en ligne (display) et de liens sponsorisés. Comme le souligne Les Echos : « l’acquisition de Razorfish se double de la signature d’un partenariat stratégique entre Publicis et Microsoft. [qui prévoit que ] pendant cinq ans, les deux groupes vont coopérer étroitement : Publicis s’engagera sur un certain volume d’achats sur les sites de Microsoft, et, en contrepartie, Razorfish restera l’agence de référence de Microsoft sur Internet. »[ ]   un accord très engageant pour Publicis, puisqu’il fait le pari du succès des sites de Microsoft, et notamment de Bing, son nouveau moteur de recherche. Et ce, alors que le groupe de Redmond mise plus que jamais sur le succès de Bing et sur l’alliance qu’il vient d’annoncer avec Yahoo! pour contrer l’omnipotence de Google dans le domaine de la recherche sur la Toile. »

Nos revues de presse