//22 septembre 2009

Sites d’information : recherche modèle économique désespérément !

C’est un peu la course aux nouvelles sources de revenus pour les sites d’information gratuits, une course qui s’accélère d’autant plus vite dans un contexte de crise publicitaire.  Recherche modèle économique désespérément  pour atteindre l’équilibre financier est le leitmotiv dont les directions financières et les rédactions de ces sites se font actuellement l’écho.

Les intéressés hésitent et tâtonnent entre différents modèles : publicité ciblée (contextuelle, comportementale, personnalisée) , sponsoring d’univers thématiques, vente de contenus à des éditeurs, abonnements, développements de services en ligne (boutiques et ventes de goodies), ou encore incrustation publicitaire …. Les initiatives ne manquent pas. Plutôt audacieuse, l’incrustation … Jugez plutôt avec cette offre commerciale pour Voyagessncf.com que nous avons relevé cet été dans un article du Figaro.fr ayant pour toile de fond la « première baignade pour le couple Sarkozy :

copieEcranPubSNCFlefigaro

Dans cet article, les mots en rapport avec l’univers du voyage sont incrustés d’un lien qui redirige vers une fenêtre invitant l’internaute à s’offrir la 1ère classe en TGV !

Originale, mais tout aussi symptomatique des difficultés économiques rencontrées par le secteur de la presse en ligne, est la levée de fonds auprès des internautes. Le site Rue89 invite ses lecteurs à construire un mur virtuel.  En participant à sa construction, par l’achat de briques d’une valeur de  15 à 349 euros pour une année, l’internaute affiche son soutien au modèle de presse de Rue89 et participent financièrement  à sa survie.

Autre modèle en discussion : celui d’une licence globale. Les dirigeants de Libération défendent la création d’une licence globale pour la presse en ligne. Ils ont, par ailleurs,  présenté mi-août un projet visant à faire payer les internautes, via leur fournisseur d’accès à Internet, pour une offre globale d’articles en ligne proposés sur les sites de presse d’information générale et politique.  Selon le journal du net «chaque éditeur de site serait rémunéré en fonction de son trafic, de la durée de consultation de son site, ainsi que de la taille de sa rédaction. Ce modèle permettrait de maintenir un accès libre de l’information aux internautes.

La survie de la presse en ligne passera-elle par la création de cette licence globale ? Les internautes et les FAI devront-ils mettre la main au porte-monnaie ? La question reste posée et mérite que l’on suive l’évolution des discussions.